Le tram à Liège, dernières nouvelles...

Compte-rendu de réunion par Gérard DEBRAZ

Comité de quartier Fragnée-Blonden.

J’ai participé ce 14 novembre à une réunion sur le tram au cabinet du ministre Henry. En voici un résumé.

Outre le ministre étaient présents les membres du cabinet Didier Castagne en charge de la cellule Mobilité, Pierre Castelain porte-parole et responsable de la communication et Michel Mosser conseiller. De l’autre côté on comptait, Noë Lecocq d’Inter-Environnement Wallonie (IEW), Arnaud Lahaut de l’Association des Clients de Transports Publics (ACTP) Dominique Linotte de la CSC et Johan Riga et François Schreuer, d’urbAgora.

Avant de participer à cette réunion, j’avais demandé l’avis des différents comités de quartier sur la question et, depuis la dernière réunion de la CCATM, je connaissais la position de la CCATM de Herstal.

Dans ce dossier, il n’y a pas eu de concertation avec la population (pas plus que le site internet dédicacé promis) et il ressort de cet entrevue que la « concertation » future ne sera en réalité qu’une information.

Le ministre a signalé qu’il était tenu par un accord politique, par un budget et par un calendrier ce qui ne lui permettait pas d’envisager de modifier le projet ou de lancer d’autres études de faisabilité sur des alternatives proposées cependant depuis longtemps.

Notre position est que le passage du tram entre Sclessin et Jemeppe d’une part et entre La Licourt et Basse Campagne à Herstal d’autre part, ne s’impose pas en terme de nombre de passagers car on traverse des endroits très peu peuplés. Le trajet à Herstal devrait passer par la gare, la Maison Communale, le Pré Madame, la clinique et la Licourt. Nous plaidons pour un premier tronçon limité à une ligne Sclessin – Licourt, à un passage au cœur des quartiers de St Léonard, Coronmeuse et Herstal (là où il est prévu un passage par les quais et le boulevard de Herstal). Nous insistons également sur le fait que le projet néglige la rive droite densément peuplée et nous suggérons que, pour rejoindre son dépôt dont la situation à Bressoux - Droixhe fait l’unanimité, le tram traverse Bressoux au lieu de passer par le pont Atlas. Nous avons également plaidé pour un axe 2 qui ne devrait pas négliger Outremeuse, Fontainebleau (18.567 usagers/jour) et Hocheporte (10732 usagers/jour en plus de ceux déjà présents à Fontainebleau). (Chiffres d’une étude SRWT de 2008). Petite comparaison : cette même étude chiffre pour Tilleur 6.860 u/j, pour Jemeppe 5.328 u/j, pour Leman 32.534 u/j. Dans cette étude, il n’y avait pas de comptage pour Herstal au-delà de la place Jaurès.

PNG - 1.8 Mo

Nous avons également plaidé pour que le projet tienne compte des commerces, des pôles scolaires et d’emploi, pour un raccourcissement de la distance entre stations (actuellement de 750 mètres en général), pour la publication rapide du PUM (Plan Urbain de Mobilité), dont on soupçonne qu’il pourrait être en contradiction avec le projet actuel, pour une intégration du tram dans un concept agglomération soit avec le chemin de fer, des parking-relais, une réorganisation des bus et une intégration tarifaire avec la SNCB. À noter qu’il n’y a pas actuellement de budget pour mettre en œuvre les BHNS (Bus à Haut Niveau de Service ou Pré-Tram) dont il fut abondamment question auparavant et qui devaient prolonger la ligne de tram ou se rabattre sur celle-ci. Quels trajets semblent « bétonnés » actuellement ? Celui des Guillemins par Blonden, l’esplanade, et la rue Varin à l’aller comme au retour, St Léonard, Coronmeuse et Herstal par les quais. Feronstrée pose un problème non encore résolu soit l’aller et retour par Feronstrée soit un trajet par Feronstrée et un par La Batte et la rue Léopold étant entendu que le dimanche les trams se croiseraient à un endroit défini pour un aller-retour par Feronstrée, Batte oblige. Par ailleurs, le PPP (Partenariat Public Privé) qui semble constituer la panacée ferait passer le coût initial de 500 millions d’euros à plus d’un milliard ; le ministre Antoine a d’ailleurs demandé des explications à ce sujet car d’autres pistes semblent moins onéreuses. Nous ne laisserons cependant pas tomber les bras même si la discussion semble bien difficile.

Gérard Debraz
Président du comité de quartier Fragnée-Blonden
Chargé des relations avec les quartiers à la CCCQ
Membre de la CCATM de Liège

Le 17/11/2011